Benjamin Jeannot : « On ne peut pas se permettre de ne penser qu’à sa petite personne »

Jeannot Pi Gioacchini

S’il s’avoue frustré par son manque de temps de jeu, Benjamin Jeannot veut avant tout penser collectif. À la veille de la réception très importante de l’AJ Auxerre (samedi 20h), l’attaquant caennais espère que ce stage de trois jours aura remobilisé tout le monde dans la course au maintien.

La mise au vert à Deauville

“Quand on voit ce que le Stade Malherbe fait pour nous, dans un cadre comme à Deauville, il faudrait vraiment être compliqué pour se plaindre. Je pense que c’était une bonne chose de se retrouver tous ensemble. J’espère que tout le monde avait conscience que la situation était très compliquée, et si ce n’était pas le cas, j’espère que ce stage leur a fait comprendre que lorsqu’on joue un maintien, on ne peut pas se permettre de ne penser qu’à sa petite personne. C’est un collectif, il faut vraiment tous se bouger pour s’en sortir.”

Son manque de temps de jeu 

“Je me sens très bien, j’ai eu une petite alerte au talon d’Achille contre Grenoble donc j’avais préféré ne pas prendre de risque. Mais c’est passé et je suis à 100% depuis le match de Sochaux. Je pense que mon manque de temps de jeu est surtout lié au choix des coachs plus qu’aux petits bobos que j’ai pu avoir cette saison. C’est une déception de jouer, de marquer, puis de retourner sur le banc. Mais c’est l’équipe qui est le plus important, j’essaye de répondre au mieux quand on fait appel à moi. Quand je suis sur le banc, c’est frustrant car j’ai envie d’aider les copains. Mais le mieux que je puisse faire quand je rentre, c’est d’apporter mon expérience, mon envie et ma technique.”

Un groupe trop gentil pour jouer le maintien ?

“On est un groupe gentil, c’est vrai. Est-ce que si quelqu’un tapait du poing sur la table, il serait entendu ? Je ne sais pas si nous avons besoin de quelqu’un qui élève la voix. Il y a beaucoup de très bons joueurs et je pense qu’il faut résoudre les problèmes sur le terrain en se donnant à fond, en terminant tous cuits à la fin des matchs et en se battant les uns pour les autres. Il nous reste trois matchs pour tout donner. Il ne faut pas se laisser abattre en se disant qu’on jouera au mieux les barrages. On a des joueurs de qualité, mais il faut le démontrer sur le terrain. On a analysé nos matchs, notre jeu est trop stéréotypé, il faut plus de mouvement et de prises de risques. C’est aussi une question de confiance et j’espère que tout le monde va la retrouver pour les trois dernières rencontres.”

partager cet article

Partager sur twitter
Partager sur facebook

à lire aussi...

Boulogne-sur-Mer va lever l’option d’achat d’Herman Moussaki (La Voix du Nord)
Vincent Planté (Chambly) : « Vraiment désolé si jamais Malherbe doit descendre »
Avant la dernière journée, les différents scénarios possibles pour le SM Caen

Copyright 2020 Malherbe inside © Tous droits réservés.