Effectif dégraissé et renforts à faible coût : le bilan d’un mercato estival intelligent au SM Caen

recrues

Au lendemain d’une dernière journée de mercato agitée, c’est désormais l’heure du bilan pour le Stade Malherbe. Six joueurs ont rejoint le club, onze autres sont partis, sans compter les fins de contrat.

Dans ce mercato estival à rallonge en raison du contexte sanitaire, le Stade Malherbe s’était fixé deux objectifs. D’une part dégraisser son effectif, l’un des plus fourni de Ligue 2, pour alléger la masse salariale. D’autre part tenter de se renforcer dans toutes les lignes du jeu, sans faire de folies avec son porte-monnaie. Pari plutôt réussi pour le club malherbiste, qui a vu l’arrivée de 6 recrues et le départ de 11 joueurs, sans compter deux fins de contrat, Durel Avounou et Jad Mouaddib, ainsi que le retour de prêt de Pape Djibril Diaw.

Deux joueurs expérimentés et des paris sur l’avenir

Pascal Dupraz souhaitait l’arrivée de six joueurs cet été. Six joueurs sont arrivés. « Nous avons fait le maximum de ce que le Stade Malherbe pouvait faire avec son budget et les opportunités du marché », s’est satisfait l’entraîneur caennais au micro de France Bleu Normandie, hier soir. La nouvelle direction a réussi à attirer deux joueurs expérimentés, Alexandre Mendy et Yoann Court. Le second s’est déjà montré décisif contre Amiens le week-end passé. Ses qualités techniques, sa vision du jeu et sa présence dans l’aile vont faire du bien à une avant-garde malherbiste qui peinait jusque là à se créer des occasions. Le premier disputera lui ses premières minutes de jeu après la trêve internationale. « Avec Mendy, ça nous fait un quatrième attaquant de pointe. Il va apporter davantage de puissance. Il monopolise l’axe défensif de l’équipe adverse. On a des profils différents en attaque. Ça nous laisse le choix », a analysé Pascal Dupraz la semaine passé.

Alexandre Mendy a participé à son premier entraînement sous les ordres de Pascal Dupraz lundi après-midi.

 

Les quatre autres recrues s’apparentent plutôt à des paris sur l’avenir. Le gardien de but Garissone Innocent va apporter une vraie concurrence à Rémy Riou, irréprochable depuis le début de la saison. « Thomas Callens, n’était pas à même de répondre à ce besoin, malgré son grand professionnalisme », a lâché Pascal Dupraz, toujours sur France Bleu.

Le milieu de terrain Aliou Traoré, en provenance de Manchester United, peut amener de la technique et de la percussion, en complément d’un Oniangue et d’un Deminguet. Il peut même évoluer sur un côté si besoin. Le jeune défenseur russe Vladislav Molchan devrait lui très vite intégrer le groupe pro, dans un secteur défensif ou l’on pouvait s’attendre à une autre recrue. Mais Pascal Dupraz s’estime déjà heureux de ses forces en présence. « En cas d’absence d’un titulaire en charnière centrale, Jason Ngouabi est le numéro 3. Ça ne me dérangera pas du tout de le faire jouer. Je n’ai aucun gêne à faire jouer des jeunes. » Le recrutement d’un latéral gauche aurait pu renforcer l’effectif. La piste Lilian Brassier (Rennes) avait été évoquée en interne, mais il s’est finalement engagé avec Brest. Mbengue, Vandermersch et même le jeune Aloys Fouda pourront dépanner à ce poste.

Enfin, l’arrivée dans les dernières heures du mercato de l’attaquant Steve Shamal en provenance de Boulogne fait figure, elle aussi, de pari sur l’avenir. Le joueur est blessé et ne retrouvera le groupe qu’en janvier. « On ne lui met pas de pression. Pour nous, c’est une recrue du mercato d’hiver », a déclaré le président Olivier Pickeu dans les colonnes de Ouest-France.

Des relations nouées avec Manchester United, le PSG, l’Europe de l’Est

Avec ces six arrivées, Caen a très peu dépensé, en dehors du transfert de Molchan, estimé à 10 000 euros. Il a surtout noué des liens avec deux poids-lourds européens, Manchester United et le Paris Saint-Germain, et s’est tourné vers l’Europe de l’Est, par les bonnes relations qu’entretiennent Olivier Pickeu et Vadim Vasilyev, l’ancien vice-président de l’AS Monaco, dont le réseau est très développé en Russie notamment. Tous ces contacts pourraient, pourquoi pas, mener à l’arrivée de potentielles autres recrues dans les prochains mercatos.

Bammou reste en Normandie, une véritable recrue

Cet été, Caen a surtout réussi à garder ses cadres. Qui l’aurait parié il y a quelques mois ? Certains joueurs ont pourtant été courtisés informe Ouest-France, comme Vandermersch, Nsona et Gioacchini. Yacine Bammou a aussi fait l’objet de convoitises, en Bulgarie, mais les négociations ont échoué dans les dernières heures du mercato hier soir. L’attaquant marocain, qu’on voyait directement partir à son retour de prêt de Turquie en juin, fait office de véritable recrue en ce début de saison. Et il s’est déjà montré décisif. Nul doute que sa présence sera précieuse sur le flanc offensif.

Beaucoup de joueurs prêtés

Du côté des départs, le Stade Malherbe a vu 11 joueurs quitter le navire. L’objectif dégraissage de l’effectif a été une réussite. « On voulait resserrer le groupe, 24 joueurs + 3 gardiens. C’est bien par rapport à la situation qui existait quand on est arrivé » a expliqué Olivier Pickeu dans Ouest-France. Six joueurs ont été prêtés : Zahary (Pau), Golitin (Bobigny), Stavitski (Maastritch), Tutu (Beauvais), Joseph et Moussaki (Boulogne-sur-Mer). Quatre autres ont été libérés de leur contrat : Callens (Lorient), Repas (Maribor), Zelazny (sans club) et l’énigme Isako (Cova Piedade). L’attaquant Malik Tchokounté est l’unique joueur a avoir été transféré contre de l’argent, 500 000 euros à Dunkerque.

Avec tous ces départs, l’effectif du Stade Malherbe est désormais composé de 33 joueurs professionnels. Santy Ngom, en conflit avec le club, devrait réintégrer le groupe dans les prochains jours.

partager cet article

Partager sur twitter
Partager sur facebook

à lire aussi...

Après son coup de sang, Rémy Riou connaît la durée de sa suspension
Les notes des joueurs caennais après le match nul contre Dunkerque (1-1)
Fabrice Vandeputte : « Le groupe est déçu, mais surtout pas abattu »

Copyright 2020 Malherbe inside © Tous droits réservés.