Focus : Samuel Essende, plus qu’une simple doublure ?

crédit photo : Philippe Le Brech - Icon Sport
crédit photo : Philippe Le Brech - Icon Sport

Deuxième amical, deuxième clean sheet, deuxième victoire pour le SM Caen cet été. Après l’AC Ajaccio (1-0), c’est au tour du Mans FC de subir la loi des Caennais (3-0). La rencontre n’était encore une fois pas diffusée mais Malherbe inside était à Vire, et a choisi de se concentrer sur la prestation d’une des recrues de l’été : Samuel Essende, au profil finalement assez différent d’Alex Mendy.

À côté de Romain Thomas, Emmanuel Ntim ou Anthony Mandréa, le nom de Samuel Essende passait un peu au second plan dans le foisonnant mercato caennais du mois de juin. Il faut dire que l’attaquant formé au PSG ne compte qu’une seule saison professionnelle dans les jambes du côté du Pau FC, avec 7 buts et 2 passes décisives en 1533 minutes de Ligue 2 (18 titularisations) la saison dernière. Pour autant, le fait d’être un des rares à avoir nécessité le versement d’une indemnité de transfert confère au joueur de 24 ans un statut un peu spécial et suscite la curiosité des supporters normands.

Après avoir pris ses marques contre Ajaccio dans une fin de match fermée, sans vraie occasion à se mettre sous la dent, Essende a profité de la volonté de Stéphane Moulin de reconduire l’équipe qui avait terminé la rencontre à Deauville pour connaître sa première titularisation. Face à un adversaire de National moins avancé dans sa préparation, et aux côtés de Norman Bassette en pointe du désormais habituel 3-5-2, l’ancien avranchinais n’a pas attendu longtemps avant de faire profiter le SMC de son instinct de buteur. À l’affût d’une passe mancelle mal adressée, l’attaquant anticipe dans le dos de la charnière, efface le gardien d’un enchaînement râteau-crochet plein de sang froid, avant d’ouvrir le score du gauche dans le but vide (7′).

L’ardeur de l’Essende

Au sein du public virois assommé par la chaleur, les supporters qui s’étaient arrêtés à son mètre 92 pour l’imaginer en pur point d’appui destiné à faire souffler Alexandre Mendy ont vécu un drôle de retour à la réalité. Caennais le plus en vue sur la pelouse jusqu’à sa sortie à l’heure de jeu, le numéro 99 a attiré les regards grâce à des qualités offensives évidentes et une palette technique très complète pour son poste.

Ses trois belles occasions en plus du but peuvent en témoigner : une tête sur un centre qui fuit le cadre de peu (24′), une frappe en pivot à l’angle de la surface pas assez enroulée (40′) et un face à face sauvé par la défense au terme d’une course dans la profondeur depuis le milieu de terrain (49′). Car même après la pause, alors que tous ses coéquipiers levaient le pied dans la fournaise du stade Pierre-Compte, l’ex-Palois trouvait les ressources pour honorer l’ouverture d’Emmanuel Ntim et défier le gardien manceau. Avant de fournir une débauche d’énergie similaire quelques minutes plus tard, et d’adresser un centre en retrait mal dosé pour son compère d’attaque.

Bientôt la Essendy ?

Le natif de Montfermeil (93) a montré une envie appréciable et a profité d’évoluer aux côtés de la doublette Brahimi-Abdi, dont la relation technique se consolide à chaque apparition, pour se mettre en évidence. Car en plus d’avoir été convaincant dans la surface adverse, sa contribution au jeu est également à souligner. À l’aise dans les remises et les décalages, le premier buteur du match a toujours cherché à jouer simple et juste, ici en lançant Abdi d’une talonnade astucieuse, là en conservant la balle le long des six mètres ou à trente mètres du but adverse dans l’attente d’un partenaire libre.

Puissant et très mobile, l’attaquant passé par la Belgique (prêté par le PSG à Eupen en 2018-2019) s’est montré capable de décrocher entre les lignes autant que de solliciter la profondeur. Et à l’opposé des stéréotypes de gabarit, il s’est même parfois retrouvé à tourner autour d’un Norman Bassette moins attiré par les espaces et la participation au jeu. De là à imaginer possible, en cas de non-remplacement de Nuno Da Costa, une association Essende-Mendy ? Malgré un profil très différent de ceux de Godson Kyeremeh et Benjamin Jeannot, candidats naturels à ce rôle d’attaquant de soutien, les deux compères ne devraient pas se marcher sur les pieds tant que chacun reste dans son registre. S’il s’agirait probablement d’un dernier recours en cas de blessures ou de suspensions, les qualités des deux buteurs pourraient finalement s’avérer plus complémentaires que prévu.

Confirmer face à Nantes et Rennes

Alors que la pré-saison bat son plein, confirmer les promesses aperçues hier face à une adversité plus forte et plus affûtée serait une très bonne idée pour l’ancien palois, alors que Nantes (dans son ancien jardin d’Avranches) puis Rennes se présentent à l’horizon. En continuant sur ces bases, Samuel Essende a en tout cas prouvé qu’il disposait de suffisamment de qualités pour prétendre à mieux qu’un simple rôle de doublure.

partager cet article

Partager sur twitter
Partager sur facebook

à lire aussi...

Les notes des joueurs caennais après la victoire face à Metz (1-0)
László Bölöni : « Caen a fait preuve de beaucoup de courage »
Caen – Metz meilleure affluence de la 2e journée de Ligue 2

Contact / La rédaction / Mentions légales – Copyright 2020 Malherbe inside © Tous droits réservés.