Jessy Deminguet : « Je suis content d’être à Caen et je vais tout donner »

crédit photo : Maxime Le Pihif - Icon Sport
crédit photo : Maxime Le Pihif - Icon Sport

À l’issue de la défaite face à QRM (1-0), Jessy Deminguet s’est exprimé pour la première fois devant la presse, depuis son vrai-faux départ durant le mercato estival. Le milieu de terrain est revenu sur la période délicate traversée cet été, son retour à la compétition et l’éventualité d’une prolongation…

Jessy, quelle est votre analyse après cette défaite contre QRM ?

C’est une dure soirée. On a pris un but sur une erreur qui nous coûte cher. Ils sont venus avec un système qui nous a posé des soucis. On n’a pas réussi à déséquilibrer cette équipe. La saison est encore longue et il va falloir rebondir dès la semaine prochaine. On a du mal à casser les lignes et trouver les bonnes passes cette saison, mais le problème ne date pas d’aujourd’hui.

Vous avez connu une préparation plus que tronquée… Êtes-vous désormais à 100% de votre potentiel physique ?

Je me rapproche des 100%. On a bossé pour ça pendant la trêve internationale. Il faut que je retrouve mes cannes. Je suis sur le bon chemin et si je n’ai pas de blessure musculaire ça ira de mieux en mieux. J’ai beaucoup bossé avec Manu Lepresle et l’équipe réserve donc je n’ai pas rien fait et je pense que ça se voit.

Votre premier match face à Amiens s’est tout de suite bien passé. Mentalement, on a l’impression que vous êtes très vite passé à autre chose…

C’est le cas, parce que je ne peux pas me permettre de pensé au passé. Ça ne sert à rien. Aujourd’hui, je suis content d’être à Caen et je vais tout donner pour cette équipe. Contre Amiens, j’ai joué avec la fraîcheur, avec beaucoup d’envie. C’était un match un peu à part.

Rétrospectivement, regrettez-vous de ne pas avoir joué avec l’équipe dès le début de saison ?

Les regrets, je pense qu’il ne faut pas en avoir. Ça s’est passé comme ça s’est passé. Je n’ai jamais caché mon envie de quitter le club. Mais aujourd’hui, je suis passé à autre chose et il fallait le faire. Ma tête est ici, j’ai tous mes repères, donc j’ai pu switcher assez facilement.

Comment avez-vous réagi à l’accueil du stade Michel d’Ornano lors de votre premier match ?

Ça m’a beaucoup aidé mentalement. Je m’attendais à tous les scénarios, mais c’est sûr que quand il y a un public comme ça derrière vous, vous avez juste envie de passer rapidement à autre chose et de tout donner pour eux. Je parlais souvent avec certains supporters, le noyau dur, ceux que l’on voit régulièrement à l’entraînement. Je les remercie pour le soutien qu’ils m’ont apporté, même quand je m’entrainais avec la réserve.

Avez-vous espéré rejoindre un club de Ligue 1 jusqu’au dernier moment ? Ou vous-êtes vous fait une raison avant les derniers jours du mercato ?

ll y avait un club qui ne voulait pas me lâcher. J’espérais trouver une porte de sortie favorable mais on ne l’a pas trouvée. Je respecte tout ce qu’il s’est passé. J’ai parlé au groupe et tout le monde a été réceptif, on a aussi longuement parlé avec le coach. Tout le monde était content que je reste et satisfait de la mentalité que j’affichais.

Contractuellement, vous serez en fin de bail au mois de juin. Y’a-t-il une possibilité de vous voir prolonger ?

Ce n’est pas à l’ordre du jour, aujourd’hui il n’y a aucune discussion. Ce que je veux c’est jouer au football. C’était la première intersaison un peu mouvementée pour moi, même s’il y avait eu des sollicitations auparavant. Ce ne sont pas des choses simples à gérer. Je me posais des questions sur la façon dont j’allais revenir mentalement, si j’allais être frais. Au final, j’ai eu mes réponses assez rapidement, aussi grâce aussi au public. Je suis content d’avoir eu ce mental.

partager cet article

Partager sur twitter
Partager sur facebook

à lire aussi...

Ali Abdi fait tomber la France mais sort de la Coupe du Monde
Orelsan bientôt en concert au stade Michel d’Ornano ? (France Bleu)
Le match Caen – Vire ne se jouera pas au stade Michel d’Ornano

Contact / La rédaction / Mentions légales – Copyright 2020 Malherbe inside © Tous droits réservés.