Le bilan de la préparation du SM Caen joueur par joueur

crédit photo : Philippe Le Brech - Icon Sport
crédit photo : Philippe Le Brech - Icon Sport

C’est bien connu, la pré-saison n’apporte jamais aucune certitude mais toujours son lot d’enseignements. Quatre des cinq rencontres de la préparation estivale du SM Caen n’étaient pas diffusées, mais Malherbe inside n’en a manqué aucune. L’occasion de faire le bilan joueur par joueur, alors que la Ligue 2 commence dès samedi à Nîmes.

Petite précision : les oppositions d’entraînement à huis clos face à Deauville-Trouville et Niort ne rentrent pas dans ce bilan, aucune information fiable n’ayant filtré.

  • Les gardiens

La hiérarchie est clairement définie et Anthony Mandréa (360 minutes de jeu), numéro 1 au poste, a pu faire valoir quelques qualités intéressantes. Explosif, rapide au sol, très communicatif avec ses coéquipiers, il n’a jamais semblé en difficulté sur sa ligne et n’y est pour rien sur les quatre buts encaissés (dont un pénalty). En revanche, l’international algérien a montré certaines lacunes dans ses sorties aériennes et sur le jeu au pied. Sa confiance et son entente avec sa défense ont grandi match après match.

Yannis Clémentia (90′), que l’on devrait enfin apercevoir en professionnel cette saison grâce à son statut de doublure, n’a eu aucune intervention à réaliser lors de son seul match disputé face au Mans.

  • Les défenseurs centraux

Pas de surprise : Ibrahim Cissé (263′) sera cette année encore le patron de la défense caennaise. Conforté dans l’axe de la charnière, « Ibra » a amené beaucoup de sécurité et de justesse sans jamais s’affoler, et s’est même offert quelques dépassements de fonction, comme cette percée plein axe terminée au sol dans la surface rennaise. Préservé au dernier match à cause d’une petite alerte, son absence s’est ressentie dans la cohésion de l’arrière-garde. Son retour samedi serait le bienvenu.

S’il s’est révélé précieux dans le jeu aérien et que son leadership se ressent déjà, Romain Thomas (360′) s’est parfois montré en retard défensivement et peu précis dans ses transmissions, mettant ses partenaires en difficulté comme sur le deuxième but nantais. Prévu sur le côté gauche de la défense à trois, le nouveau capitaine caennais, recrue phare du mercato, devra monter en puissance en championnat. 

Constat assez surprenant, Adolphe Teikeu (319′) a été le deuxième joueur de champ le plus utilisé. Dur sur l’homme mais aussi fébrile et peu assuré balle au pied, le Camerounais peine à retrouver son niveau sochalien qui lui avait permis de remporter la CAN 2017. Assuré d’être présent samedi à droite de la défense, il semble toutefois difficile de l’imaginer titulaire toute la saison.

Emmanuel Ntim (164′) a plus évolué dans l’axe de la charnière, en doublure de Cissé, qu’à sa droite où il est attendu. Alors que Valenciennes alternait les défenses à 4 et à 5 l’an dernier, le Ghanéen a confirmé qu’il disposait des qualités nécessaires pour faire partie des trois titulaires une fois digéré son temps d’adaptation et purgée sa suspension à Nîmes.

Cadre de la génération 2004 dont il est le plus capé en professionnel, Brahim Traoré (142′) ressemble quant à lui au principal perdant du recrutement estival. Le jeune ornais se retrouve cinquième axial dans la hiérarchie, malgré des apparitions appliquées et une marge de progression toujours présente.

  • Les pistons

Concernant Ali Abdi (121′), la question porte moins sur son statut de titulaire que sur sa présence au club après la clôture du mercato. Capitaine en l’absence de Romain Thomas, l’international tunisien a assumé son statut et beaucoup apporté offensivement comme à son habitude, en plus d’esquisser une belle complémentarité naissante avec Bilal Brahimi.

Alors qu’il s’apprête à entamer sa huitième saison en Ligue 2 (après Châteauroux, Troyes et Rodez), Johann Obiang (178′) a proposé beaucoup de sérieux défensif, en plus d’une qualité de centre appréciable. Passé à côté de son match contre Nantes, l’international gabonais s’est blessé en fin de rencontre et n’est plus apparu ensuite. Désormais remis, il sera titulaire à Nîmes en l’absence d’Abdi.

Cadre de l’effectif depuis l’an dernier, Hugo Vandermersch (290′) sera encore une fois un élément important du onze et du vestiaire. Sérieux derrière sans être flamboyant devant, le Ch’ti a eu le mérite de chercher à se projeter, en témoigne son face à face perdu contre Mandanda dès la première minute à d’Ornano.

Aligné en axial droit au cours des deux premiers matchs puis sur le côté gauche lors des trois derniers après la blessure d’Obiang, Lamine Sy (243′) n’aura jamais évolué à son poste de piston droit de toute la préparation. Il doit encore progresser défensivement mais présente déjà de jolies promesses en tant que contre-attaquant.

  • Les milieux

Après avoir passé ses six mois de la saison dernière en défense, Djibril Diani (286′) devrait être un des hommes de base de Stéphane Moulin au milieu de terrain. Intéressant dans son rôle de sentinelle, présent dans les duels, il semble plus à l’aise que lorsqu’il évoluait au même poste l’an dernier. Toutefois, l’ancien des Grasshoppers a souffert dès que l’opposition s’est durcie. Malgré quelques courses verticales, il devra faire preuve de plus d’assurance dans ses transmissions et réussir à orienter le jeu vers l’avant.

L’international comorien Iyad Mohamed (164′), inconnu à son arrivée d’Auxerre, dispose de qualités défensives similaires, avec ses grands compas et son agressivité sur le porteur. Encore jeune et plein d’envie, bon dans son placement et plus à l’aise avec le ballon que Diani, il lui faudra progresser tactiquement pour espérer bousculer la hiérarchie en cours de saison.

Travailleur et dur au mal, joueur de caractère, Quentin Daubin (130′) a été gêné par une petite blessure qui l’a tenu hors des terrains pendant trois matchs. On l’imaginait devant la défense à son arrivée de Pau, il semble être un relayeur dans l’esprit du coach caennais qui l’a toujours aligné avec Diani ou Mohamed derrière lui. Compte tenu de son profil de destructeur plus que de constructeur, le positionner si haut est utile au pressing mais responsabilise beaucoup le second relayeur.

Joueur le plus utilisé au milieu, Yoann Court (300′) est resté fidèle à son registre : précieux dans la distribution du jeu, précis dans les petits espaces, mais parfois dépassé par l’intensité et coupable de quelques sautes d’humeur. Il semble avoir les faveurs de l’entraîneur en relayeur gauche.

Blessé depuis février, Caleb Zady Sery (245′) est monté en puissance au fil des rencontres. Malgré un physique qui flanche vite, l’Ivoirien a rappelé que son profil unique dans l’effectif, tout en percussion, sera indispensable pour emballer certaines rencontres et déstabiliser des adversaires en place.

Troisième et dernier suspendu contre Nîmes, Bilal Brahimi (151′) est une des révélations de cette pré-saison. Beau joueur de ballon, créatif et technique, capable d’orienter le jeu comme de casser des lignes par la passe et la course, l’ancien de Dunkerque n’a pas non plus peur de s’approcher de la surface adverse. À en juger des qualités démontrées, il postule déjà très sérieusement à une place dans le onze.

S’il a plus souvent évolué piston droit (où il a manqué de repères et semblé peu à l’aise) qu’à son vrai poste, Noé Lebreton (184′) s’est décomplexé lors de ses entrées au milieu. Il devrait bénéficier de temps de jeu cette saison.

Joueur le moins utilisé et laissé à la disposition de la réserve le week-end dernier, Mohamed Hafid (81′) va vraisemblablement devoir s’aguerrir en N2 avant de devenir une option solide dans l’esprit du technicien caennais. Utilisé dans un rôle plus reculé qu’en Gambardella, il a tout de même confirmé son aisance avec ballon et dans l’orientation du jeu.

  • Les attaquants

S’il a eu peu d’occasions à se mettre sous la dent malgré un temps de jeu parmi les plus élevés de l’effectif, Alexandre Mendy (317′) n’a pas convaincu les supporters qui espèrent le voir repartir sur ses bases de l’an dernier (16 réalisations en 32 matchs). Très peu en vue devant le but et souvent mal inspiré dans le jeu, Mendy termine tout de même meilleur buteur de la pré-saison grâce à un penalty au premier match et un plat du pied dans les six mètres au deuxième. La teneur de sa saison dépendra immanquablement de son entente avec son partenaire d’attaque.

Pas toujours titulaire avec Pau la saison dernière, Samuel Essende (316′) fait partie des recrues peu attendues qui ont su convaincre les observateurs. Attaquant très complet, puissant, mobile et technique, l’ancien d’Avranches est capable autant de descendre entre les lignes que de s’engouffrer en profondeur. Associé à Mendy lors des trois dernières oppositions, les deux joueurs ont eu du mal à se trouver mutuellement.

Révélation du National l’an dernier, Godson Kyeremeh (148′) est rentré de prêt cet été, fort de son profil d’offensif rapide et puncheur qui fait défaut depuis le départ de Nuno Da Costa (l’expérience en moins). Intéressant contre Ajaccio, buteur contre Rennes, Kyeremeh doit maintenant prouver qu’il a la capacité d’endosser l’étoffe d’un titulaire à un poste de second attaquant qu’il connaît peu, puisqu’il évoluait sur le côté à Annecy (8 buts, 10 passes décisives l’an dernier).

Pour finir, Norman Bassette (104′) dispose d’indéniables qualités dans la surface, déjà entrevues en Gambardella et en réserve. Mais le jeune Belge semble encore tendre pour espérer mieux que des bouts de match, le temps de se faire aux rugueuses défenses de Ligue 2. Rien d’anormal pour un joueur qui ne fêtera ses 18 ans qu’en novembre.

  • Ils n’ont pas disputé une minute

Installé en troisième gardien, Destiné Jopanguy ne devrait être amené à apparaître chez les pros qu’en dernier recours.

Souvent titulaires en début de saison dernière avant de dégringoler dans la hiérarchie, Jonathan Rivierez et Franklin Wadja n’ont pas été intégrés au groupe professionnel, alors que deux axiaux et deux milieux défensifs ont été recrutés cet été. Stéphane Moulin a même préféré aligner Lamine Sy en troisième axial plutôt que de rappeler l’international martiniquais. Ce dernier vient d’ailleurs de s’engager à Bourg-en-Bresse, alors que la messe semble dite pour le second.

Diabé Bolumbu a vu sa reprise retardée par sa participation avec la France U18 aux Jeux Méditerranéens, dont il est rentré vainqueur. Il est attendu en professionnel cette saison mais devrait d’abord faire ses preuves en réserve, à moins d’un départ d’Abdi.

Grande inconnue, l’avenir de Jessy Deminguet est toujours aussi flou qu’en début de préparation. Le joueur veut partir et le club est ouvert, mais le Lexovien a repris l’entraînement en équipe réserve la semaine dernière. Son futur club devra donc composer avec un joueur qui ne sera pas opérationnel immédiatement. Et si aucun accord n’était finalement trouvé avant le 2 septembre, dans quel état physique et psychologique serait-il pour la saison à venir ? Espérons que le feuilleton connaisse son épilogue rapidement.

Blessé à l’entraînement avant la première opposition face à Ajaccio, Benjamin Jeannot n’est réapparu qu’en réserve le week-end dernier. Il est pour le moment un des perdants de la pré-saison, même si sa bonne humeur légendaire, son statut d’ancien du vestiaire et ses qualités techniques indéniables lui donneront l’occasion d’intégrer la rotation en attaque chaque fois que son corps le laissera tranquille.

partager cet article

Partager sur twitter
Partager sur facebook

à lire aussi...

Les notes des joueurs caennais après la victoire face à Metz (1-0)
László Bölöni : « Caen a fait preuve de beaucoup de courage »
Caen – Metz meilleure affluence de la 2e journée de Ligue 2

Contact / La rédaction / Mentions légales – Copyright 2020 Malherbe inside © Tous droits réservés.