bannièredesktop
bannièredesktop

Le bilan du mercato caennais 2018-2019

Casimir Ninga of Caen during the Ligue 2 match between Stade Malherbe Caen and Football Club Lorient at Stade Michel D'Ornano on August 5, 2019 in Caen, France. (Photo by Valentin Desbriel/Icon Sport)

Si le grand remue-ménage a d’abord eu lieu en interne, l’effectif caennais n’a pas échappé à la règle. Avec 10 arrivées pour 13 départs, le Stade Malherbe Caen a une fois de plus été très actif sur le marché des transferts cet été, nouveau cycle oblige. Alors que le mercato a officiellement fermé ses portes le 31 août à minuit, l’heure est désormais au bilan.

Un nouveau staff technique

Il était le dossier prioritaire du nouveau Président. Le nouveau coach caennais devait initialement répondre à plusieurs critères : expérience, charisme et capacité à parler anglais. Mais après avoir essuyé les refus successifs de Philippe Montanier et Hubert Fournier, le choix du club s’est porté vers Fabien Mercadal. Certes novice au plus haut niveau, il a rapidement convaincu Gilles Sergent : “C’est un grand bosseur, avec beaucoup de charisme, un gagneur et un meneur d’hommes” explique-t-il. Pour accompagner ses premiers pas en Ligue 1, le natif de Gap s’est entouré d’un staff expérimenté. Michel Audrain officiera à ses côtés en tant qu’adjoint, fonction qu’il avait déjà occupée aux côtés d’Hubert Fournier à Lyon puis de Christian Gourcuff à Rennes. Christophe Manouvrier, ancien préparateur physique de l’Olympique de Marseille, Hervé Sekli, ex-entraineur des gardiens à Bastia et Jean-Marc Branger complètent le nouveau staff technique.

Des départs difficiles à combler

Sur le plan des départs, Malherbe a été amputé de ses meilleurs éléments. C’est presque toute la colonne vertébrale de l’équipe version 2017-2018 qui s’est effondrée. Rémy Vercoutre a pris sa retraite, Damien Da Silva s’est envolé vers Rennes (après avoir décliné deux propositions de prolongation), Aït-Bennasser est de retour de prêt à Monaco, Ivan Santini retrouve la Belgique avec Anderlecht et Ronny Rodelin a été séduit par le projet guingampais. Pilier des années Garande, Julien Féret n’a quant à lui pas été conservé. Même sort pour Vincent Bessat, Jordan Nkololo, Jordan Leborgne, Mathieu Dreyer et Hervé Bazile tous en fin de contrat.

Pour garder ses buts, le club a décidé de faire confiance à Brice Samba. Erwin Zelazny arrive comme doublure en provenance de Troyes. En défense, le club a réussi à conserver tous ses éléments hormis Damien Da Silva. Paul Baysse, qui arrive de Bordeaux sous forme de prêt aura la lourde tâche de le remplacer. Alexander Djiku a prolongé jusqu’en 2022, s’assurant une revalorisation salariale et un bon de sortie pour l’été prochain. Malgré les intérêts de Brighton et Leipzig, Frédéric Guilbert est toujours bel et bien Caennais. Selon nos informations, Malherbe aurait repoussé une offre d’un club allemand avoisinant les 3 millions d’euros pour Adama Mbengue. Prêté une saison au Cercle de Burges, Emmanuel Imorou est de retour et aura un rôle à jouer. Jonathan Gradit (Tours) occupera la fonction de doublure au poste de latéral droit.

8 recrues en dehors des retours de prêt

Au milieu de terrain, Caen a misé sur des joueurs expérimentés qui connaissent bien le club puisqu’il s’agit de deux anciens de la maison : Prince Oniangué (Wolwerampton) et Fayçal Fajr (Getafe). Le jeune Jessy Deminguet à également paraphé son premier contrat professionnel pour une durée de 3 ans. Mais c’est en attaque que se trouvait le plus gros chantier. Déjà moins bonne équipe dans ce domaine la saison passée avec seulement 27 buts inscrits en 38 journées, Caen s’est retrouvé amputé de ses deux meilleurs buteurs. Casimir Ninga (Montpellier) et Yacine Bammou (Nantes) seront chargés d’amener de la vitesse sur les côtés. Fabien Mercadal a également fait venir Malik Tchokounté, qu’il avait côtoyé à Dunkerque puis au Paris FC. A noter que la précédente direction avait déjà anticipé le départ du buteur croate en recrutant Enzo Crivelli, dont l’option d’achat obligatoire en cas de maintien a été levée.

En fin de mercato, Caen cherchait encore 2 joueurs offensifs…….

Le couac Matt Miazga et un dégraissage compliqué

Chaque mercato réserve son lot de bonnes ou mauvaises surprises. Et c’est un bien mauvais tour qu’a réservé le président de Nantes Waldemar Kita à son homologue Gilles Sergent, en réussissant à convaincre Matt Miazga alors que tout était acté pour la signature de l’international américain à Caen. Une arrivée avortée que ne regrette finalement pas Fabien Mercadal : « Je suis très très content que Miazga ne soit pas venu chez nous parce que ça nous a permis de faire Paul Baysse. Et je suis très heureux d’avoir Paul Baysse dans mon effectif. »

Caen a également cherché à se séparer de quelques éléments indésirables ou à prêter certains joueurs pour leur garantir un temps de jeu plus conséquent. C’est le cas de Valentin Voisin (Dunkerque), Pape Sané (Nancy) et Durel Avounou (Orléans) tous les trois prêtés sans option d’achat. Courtisé par Châteauroux, Chaker Alhadhur a finalement décidé d’honorer sa dernière année de contrat avec Caen. Idem pour Jeff Louis qui n’a pas réussi à se mettre d’accord avec Nancy sur la durée de son contrat. Paul Reulet, sur qui le club ne semble plus compter, n’a pas non plus trouvé preneur malgré un intérêt de Drancy (National) en fin de mercato. Enfin, Mouhamadou Dabo restera une dernière saison  en Normandie.

Retrouvez le récapitulatif complet du mercato caennais sur le tableau des transferts.

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur twitter
Partager sur facebook
carré

à lire aussi...

[Quiz] Es-tu incollable sur la saison 2019-2020 du Stade Malherbe ?
Il y a 7 ans, le Stade Malherbe terrassait le Milan AC…
La réserve du SM Caen officiellement promue en N2

Copyright 2020 Malherbe inside © Tous droits réservés.