Les supporters caennais sont-ils trop sévères avec Rémy Riou ?

crédit photo : Anthony Bibard - Icon Sport
crédit photo : Anthony Bibard - Icon Sport

Critiqué sur les réseaux sociaux et ouvertement chahuté par un supporter contre Niort, Rémy Riou est régulièrement remis en question depuis le début de saison. À tort ou à raison ? On a essayé de mieux comprendre l’origine de ces griefs et de savoir s’ils étaient justifiés.

« Le poste de gardien de but est un poste ingrat ». Du plus bas niveau de district aux plus grandes compétitions internationales, tous les portiers ont déjà entendu cette phrase au moins une fois. Depuis le début de saison, Rémy Riou en fait l’amère expérience. Contre Niort, un supporter l’invitant à prendre sa retraite s’est fait entendre dans les travées du stade Michel d’Ornano, juste avant le deuxième but des visiteurs. Si l’on passera sur le côté peu élégant de cette phrase, elle symbolise l’exaspération d’une frange de plus en plus importante des supporters caennais. Cependant, si le gardien caennais n’a évidemment pas été irréprochable sur chaque but encaissé depuis son arrivée en Normandie, il n’a bizarrement jamais commis de boulette mémorable lors des 73 matchs qu’il a eus à disputer. Alors qu’il est assez facile de citer une grossière erreur de Brice Samba ou Rémy Vercoutre, qui l’ont précédé dans les cages malherbistes. Pourtant, la légitimité de ses deux prédécesseurs n’a jamais semblé autant égratignée que celle de Rémy Riou. Alors, comment expliquer une telle différence de traitement ?

Un gardien pas assez décisif ?

Au-delà de la question des erreurs, il est souvent reproché à Rémy Riou de ne pas être assez décisif pour son équipe. Pour vérifier si cette critique est justifiée, allons voir ce qu’en disent les chiffres. L’un d’entre eux est souvent mis en avant par le club pour défendre son gardien : derrière Vachoux (Dunkerque), Riou est le portier de Ligue 2 qui réalise le plus grand nombre d’arrêts, avec une moyenne de 3 par match. La limite de cette statistique est qu’elle met au même niveau la simple prise de balle, avec l’envolée main opposée pour sortir un ballon de la lucarne. Afin de donner plus de sens à ce chiffre, il faut s’intéresser au nombre de buts encaissés par rapport au nombre d’expected goals* adverses : Rémy Riou a encaissé 26 buts pour 22,6 xG concédés soit un écart défavorable de 3,4 buts. Pour traduire grossièrement, le gardien malherbiste aurait « dû » encaisser 3,4 buts de moins cette saison afin d’avoir un rendement positif. Un score qui le classe parmi les trois moins bons gardiens du championnat.

Lors de la défaite contre Niort (0-2), la prestation de Rémy Riou a encore une fois fait l’objet de nombreuses critiques. Lors du premier but, le portier malherbiste semble à première vue battu par la jolie tête croisée de Sissoko. Mais à y regarder de plus près, on s’aperçoit qu’il n’est pas si loin du ballon. Pense-t-il que celui-ci va sortir en six mètres ? Est-il surpris par la trajectoire au point de ne pas lever les bras ? Difficile à dire. Mais on peut tout de même affirmer qu’il y avait mieux à faire que rester figé… Une attitude apathique que l’on retrouve de temps à autre chez l’ancien gardien nantais. Dernièrement, il n’avait pas bougé sur le troisième but sochalien de Do Couto, lors de la défaite à Bonal le 15 janvier dernier (3-2).

Au départ du ballon, Riou est collé à son premier poteau.

 

Quand le ballon effleure le poteau, Riou est toujours au même endroit mais n’a pas levé les bras.

 

Sur le second but, l’arrêt semble moins évident qu’il n’y paraît. Avec les ralentis offerts par Prime Vidéo, on se dit que le gardien caennais aurait pu se coucher plus vite au sol sur la frappe de Sissoko, qui ne semble ni très puissante, ni trop excentrée. Mais avec les images procurées par le résumé de la LFP, force est de constater que l’attaquant niortais enroule bien son ballon pour le placer hors de portée de toute intervention. La passe plein axe de Brahim Traoré est davantage à blâmer que le portier caennais sur cette action.

Sissoko enroule parfaitement, pour contourner Riou puis faire revenir le ballon dans le but.


Que serait-il advenu de ces deux buts avec Sullivan Péan dans les cages ? On ne le saura jamais, mais il ne faut toutefois pas oublier le bon jaillissement de Riou devant Sissoko (61′) et son arrêt du pied sur une frappe de Merdji quelques minutes plus tard (63′). Sans ces deux interventions, l’addition aurait pu être encore plus salée…

L’ombre de Sullivan Péan

Une chose est sûre : la présence de ce cher Sullivan Péan sur le banc de touche n’arrange pas les affaires de Rémy Riou. Enfant du club, Péan bénéficie d’une cote élevée chez les supporters caennais, qui se montrent souvent très attachés aux jeunes pousses de la région. Beaucoup d’entre eux aimeraient qu’il devienne le nouveau numéro 1. Il faut dire que « Sulli » a toujours remplacé Rémy Riou au pied levé la saison dernière. Surtout, il est l’un des héros du maintien face à Clermont lors de la dernière journée. Si la place de titulaire de Riou est davantage remise en cause que celle de ses prédécesseurs, c’est aussi parce que Péan a montré qu’il avait le niveau pour assurer la relève. Derrière Brice Samba, Erwin Zelazny n’a jamais semblé avoir les qualités requises pour évoluer en Ligue 1. Le cas Paul Reulet, autre enfant du club et ancienne doublure de Rémy Vercoutre, ressemble davantage à celui de Péan. À ceci près que ses débuts en équipe première se sont très mal déroulés, ce qui avait conforté la place de numéro 1 de Vercoutre à l’époque.

Pour comparer les performances de Sullivan Péan avec celles de Rémy Riou, reprenons la statistique de buts évités utilisée tout à l’heure : Péan a encaissé 16 buts pour 19,3 xG concédés soit un écart favorable de 3,3 buts. Un score qui le placerait… parmi les trois meilleurs gardiens du championnat, derrière le Havrais Fofana (3,54) et le Nîmois Bråtveit (3,49). Malgré ces chiffres avantageux, le jeune portier originaire de Cherbourg n’a pas eu la moindre minute à se mettre sous la dent en Ligue 2 cette saison. Il a dû se contenter de quelques matchs de National 2 et d’une rencontre de Coupe de France face à Dinan-Léhon, pendant laquelle il n’a d’ailleurs pas particulièrement brillé. Alors, Péan doit-il finir la saison en tant que titulaire ? Une chose est sûre : Riou (34 ans) sera en fin de contrat au mois de juin et une prolongation de contrat n’est pour l’instant pas à l’ordre du jour. Même si Stéphane Moulin estime que Péan (22 ans) lui est inférieur, ne serait-il pas pertinent de lui donner du temps de jeu pour préparer l’avenir ? Le débat est ouvert. De toute façon, le Stade Malherbe n’a désormais plus aucune chance de jouer les premiers rôles…

*Les expected goals sont le nombre de buts attendus en fonction de la dangerosité des occasions créées par une équipe.

partager cet article

Partager sur twitter
Partager sur facebook

à lire aussi...

Caen est l’équipe qui aurait « dû » marquer le plus de buts cette saison
Benjamin Jeannot : « Faire le jeu n’est pas notre caractéristique principale »
Ali Abdi absent, Norman Bassette doublement décisif en sélection

Contact / La rédaction / Mentions légales – Copyright 2020 Malherbe inside © Tous droits réservés.