Pourquoi Jessy Deminguet n’est-il pas à son niveau ?

Jessy DEMINGUET

Alors que des rumeurs ont fait état d’un départ de Jessy Deminguet vers la Ligue 1 cet été (Lens, Nice et Rennes notamment), le milieu de terrain caennais peine à confirmer les attentes placées en lui en ce début de saison. Tentative d’explications.

Un problème de style de jeu ?

Alors que Rui Almeida privilégiait les phases de préparation, le projet de jeu du Stade Malherbe est principalement basé sur la contre-attaque avec peu de conservation depuis l’arrivée de Pascal Dupraz. Notamment cette saison, où l’équipe s’appuie d’abord sur une assise défensive solide et laisse volontiers le ballon à son adversaire. Cependant, Jessy Deminguet est un joueur qui aime toucher la balle et affectionne particulièrement les redoublements de passes. Contrairement à Oniangué ou Gonçalves, il ne se tourne pas directement vers l’avant et fait souvent preuve de patience. Trop peut-être. Il est le seul joueur caennais à vouloir augmenter la durée de possession, et quand ses coéquipiers privilégient le jeu rapide quitte à avoir du déchet, Jessy Deminguet opte pour le choix le moins risqué. Contre Chambly, face à un adversaire venu avant tout pour défendre et qui a laissé la balle aux caennais, Jessy Deminguet n’a pourtant totalisé que 3 passes vers l’avant sur 30 tentées.

Un manque de confiance ?

À titre de comparaison, son compère du milieu de terrain Anthony Gonçalves a tenté 13/31 passes vers l’avant contre Chambly, avec certes davantage de déchets technique, mais une volonté affichée de porter le danger en cherchant notamment Nicholas Gioacchini sur le côté pour étirer le bloc camblysien. À l’inverse, Jessy Deminguet n’a presque jamais tenté de casser les lignes et a multiplié les passes latérales, donnant l’impression de ne jamais vouloir prendre le risque de perdre le ballon. On le savait déjà, Jessy Deminguet n’est pas un joueur de déséquilibre. Il réalise ainsi peu de passes dans le dernier tiers adverse (4,2 par match en moyenne la saison dernière) et peu de passes vers l’avant (plus de neuf passes vers l’arrière par match, un des milieux de Ligue 2 qui en réalisait le plus l’an dernier). Mais face à Chambly, le nombre de passes vers l’avant n’est pas le seul indicateur dans le rouge pour Jessy Deminguet. Avec un seul ballon récupéré et surtout aucun duel offensif gagné sur sept duels disputés, il est le joueur caennais le moins performant dans ce domaine.

Des mauvais choix sur coups de pieds arrêtés ?

Tout aussi inquiétant mais plus surprenant, le manque de réussite du milieu caennais sur coup de pieds arrêtés, qui représentent pourtant l’une de ses qualités premières. Le natif de Lisieux est cependant conscient de ses difficultés : “Je peux largement mieux faire sur les coups de pieds arrêtés. Je ne les ai pas forcément travaillés ces derniers temps. Il faut que je fasse mieux. Sur un match comme ça, les coups de pieds arrêtés peuvent faire la différence. Or ils ne sont pas spécialement bien tirés” confiait Jessy Deminguet à la fin du match contre Chambly. Un manque de réussite qui peu s’expliquer par la volonté de tirer davantage de manière sortante que rentrante depuis le début de saison. La relation Deminguet-Oniangué sur corner, qui était une arme non négligeable la saison dernière, n’est plus aussi visible. Avec l’arrivée de Yoann Court, gaucher comme Deminguet, la concurrence pour tirer les coups de pieds arrêtés pourrait être rude.

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur twitter
Partager sur facebook

Derniers articles

Deux anciens caennais au FC Hyères avec Anelka et Boudjellal ? (Var Matin)
[Sondage] Les joueurs caennais doivent-ils baisser leur salaire ?
Rémy Riou : « Nous ne touchons pas tous de grosses sommes d’argent »

Copyright 2020 Malherbe inside © Tous droits réservés.