« Sans aucune vantardise, on va gagner le match des tribunes »

crédit photo : Simon Abraham - Malherbe Inside
crédit photo : Simon Abraham - Malherbe Inside

Les supporters du Stade Malherbe vont se déplacer en nombre au Havre ce week-end, pour la 30e journée de Ligue 2. À quelques heures du derby, rencontre avec Christophe Vaucelle, alias « Olaf », le président du Malherbe Normandy kop. Entretien riche, entre importance d’un derby, identité normande et fidélité du public caennais.

Est-ce qu’on peut s’attendre à une vague de supporters caennais au stade Océane samedi ?

On est sûr d’être au moins 1 500 supporters. Les 1 200 tickets du parcage sont partis très vite, en quelques heures. On avait anticipé, senti l’engouement. On a prévenu le club du Havre que le parcage ne serait pas assez grand pour nous. On demande maintenant aux supporters malherbistes de prendre leur ticket en tribune haute. Et de se rassembler près du parcage. C’est raisonnable de dire qu’on sera 1 500. Ce sera un record au Stade Océane. Mais pas à l’époque du Stade Deschaseaux. J’ai connu des matchs où on était plus de 4 000, c’était impressionnant.

Le HAC fête ses 150 ans avec de nombreuses animations prévues. C’est l’occasion rêvée de gâcher la fête ?

Sans aucune vantardise, on va gagner le match des tribunes. Le HAC va attirer un peu de monde, exceptionnellement. Mais on sait que pour les matchs « habituels », leurs supporters sont 150 derrière le but. Entre eux et nous, il n’y a pas photo. On va colorer le parcage, pour qu’il se démarque bien avec nos couleurs rouge et bleu. Des banderoles pour chambrer aussi, peut-être. C’est le jeu. C’est le folklore d’un derby. Mais ça reste du chambrage. On n’est pas dans les insultes, ça n’a aucun intérêt.

Il y a un petit grain de folie en plus de disputer un derby à l’extérieur. Montrer à l’adversaire que, chez lui, il n’est pas vraiment chez lui ?

Je ne dirais pas qu’il y a plus de folie à l’extérieur. Un derby à domicile et à l’extérieur, c’est pareil. Au match aller à d’Ornano, c’était la plus grosse ambiance de la saison. Les gens étaient motivés. Les places en Borrelli se sont vendues hyper vite. Il y avait plein de demandes. J’ai vite demandé au club d’ouvrir la Seconde. Ils étaient chauds en haut ! Plusieurs centaines de gars debout, dans les angles aussi le public était en feu. C’était un match à part avec 16 000 supporters.

Au match aller, plus de 16 000 supporters ont garni les tribunes de d’Ornano. (crédit photo : Simon Abraham – Malherbe inside)

« Sans aucune vantardise, on va gagner le match des tribunes. Pour les matchs habituels, leurs supporters sont 150 derrière le but. Entre eux et nous, il n’y a pas photo. »

Olaf
Président du Malherbe Normandy Kop.



Quels sont tes meilleurs souvenirs de derby ?

Janvier 2004, à d’Ornano. On reçoit Le Havre en Coupe de France. On n’était pas très bien en championnat, en D2. Et pas très nombreux cette saison-là derrière le but. Je dirais 200 à 300 supporters. Pour ce derby, on s’est retrouvé à plus de 1 000. On a gagné 4-0. À ce moment, on est passé de groupe de supporters à un véritable kop. Les gens sont restés debout pour la suite de la saison. On a vraiment changé de statut, de dimension. C’était la folie. Tout le monde s’est éclaté et est revenu. On a continué de grandir par la suite.

La priorité, c’est de gagner le match en tribune ou le match sur le terrain ?

Les deux ! (rires) Important en tribune et aussi important de gagner sur le terrain. Pendant une période, on a eu une suprématie sur le derby. Elle s’est un peu réduite dans les dernières années. Mais je suis convaincu que ça va repartir de l’avant. Je suis convaincu qu’on va faire un bon match samedi. Le collectif est bien rodé en ce moment. Les joueurs savent aussi l’importance de ce match. Je leur fais totalement confiance. Et Le Havre est dans le dur en ce moment.

Malherbe est au cœur d’une 3e saison de suite en Ligue 2 sans jouer la montée. Le public reste fidèle, l’affluence à d’Ornano est toujours très bonne. Comment l’expliques-tu ?

La ferveur est toujours là. Je suis en tribune depuis 1988, je vois que Malherbe est un club très populaire. C’est LE club de la Normandie. Pas le club de Caen. Les supporters viennent de tous les départements. On se revendique normands. Sur les deux dernières décennies, cette culture a pris de l’importance. Au stade d’Ornano, c’est le lieu parfait pour revendiquer cette appartenance et ça amène beaucoup de monde au stade. On a aussi toujours bien travaillé avec le club. On a imposé des choses à nos dirigeants dans le bon sens du terme, comme des abonnements pas chers par exemple, ou la possibilité de payer en dix fois sans frais pour les revenus modestes. C’est un travail important, de longue durée. Une autre raison de la bonne affluence, c’est que le MNK n’est pas un groupe sectaire, politique, avec des codes. On est ouvert à tous. Tout le monde prend du plaisir. On vient juste pour Malherbe. Tout ce travail sur des années fait que le public prend plaisir à venir au stade, même quand les résultats sont moins bons. On a conservé la culture supportériste du stade de Venoix. Un esprit « british » en tribune qui perdure.

L’autodérision, grande qualité du Malherbe Normandy kop ! (crédit photo : Simon Abraham – Malherbe inside)

« Le chant parodique d’Orelsan montre qu’on sait manier l’humour, la taquinerie. On n’insulte pas nos joueurs. On ne va pas inciter à flinguer les bagnoles. »

Olaf
Président du Malherbe Normandy Kop.



Oui, même quand les résultats sont moins bons, il y a toujours ce sentiment de joie d’être présent au stade…

Ça pousse et ça encourage tout le temps ! Même quand on n’est pas bons sur le terrain. Les gens qui viennent à d’Ornano viennent aussi grâce à cette ambiance. Le monde fait venir le monde, même si les résultats ne suivent pas. Des affluences comme Malherbe, il n’y en a pas d’autres en Ligue 2. Je pense que d’ici le mois de mai, on ne fera pas une affluence sous les 10 000. Qu’on gagne ou qu’on perde. On sait ce que nos joueurs peuvent faire. En ce moment on a un super 11 qui prend du plaisir.

L’ambiance a l’air plus détendue en ce moment avec le staff et les joueurs qu’elle a pu être à l’automne notamment, avec quelques piques de Stéphane Moulin en conférence de presse et des sifflets en tribune ?

Il y a parfois des désaccords, du mécontentement, mais il y a toujours un dialogue avec le club. C’est très important. Avec le staff et les dirigeants. C’est vrai qu’avec Stéphane Moulin, on n’a pas toujours été en accord sur certaines choses. Mais on parle. Et c’est un coach qui, en plein hiver, prend une heure à la fin de l’entraînement, dans le froid, pour parler avec toi. C’est très positif. À force, tout le monde va dans le même sens. Il peut y avoir des sifflets, des chants en tribune. Mais les joueurs savent qu’on ne les déteste pas. Le chant parodique d’Orelsan montre qu’on sait manier l’humour, la taquinerie. On n’insulte pas nos joueurs. On ne va pas inciter à flinguer les bagnoles. Tout le monde est intelligent, des deux côtés.

Le petit bonus de cette fin de saison, c’est la 1/2 finale de Gambardella qui se profile à d’Ornano. Vous serez là ?

Le kop sera présent. En grand grand nombre. On communiquera dans ce sens-là prochainement. C’est la force du Stade Malherbe. Le kop a déjà été encourager les jeunes, les féminines. On est plus ou moins nombreux mais on est présent et ça a son importance. On a l’occasion d’aller supporter notre équipe en demi-finale. On sera là. C’est l’esprit club. Et c’est pour ça qu’il est si populaire.

partager cet article

Partager sur twitter
Partager sur facebook

à lire aussi...

Un immense Brice Samba envoie Nottingham en finale de barrages
Norman Bassette également sur les tablettes de l’OL ? (Le Progrès)
Stéphane Moulin a aidé Clermont à se maintenir en Ligue 1

Contact / La rédaction / Mentions légales – Copyright 2020 Malherbe inside © Tous droits réservés.