« Toute proportion gardée, Brahim Traoré me fait penser à Marquinhos »

crédit photo : Christophe Saidi - Icon Sport
crédit photo : Christophe Saidi - Icon Sport

Brahim Traoré vient de prolonger son contrat jusqu’en 2026 avec le SM Caen. La semaine dernière, RMC Sports lui consacrait une émission entière en compagnie de Pierre Ducrocq (son agent), Nicolas Seube et Mathieu Bodmer. Voici un résumé de ce qui a été dit sur le jeune joueur caennais, auteur de 10 matchs de Ligue 2 cette saison.

Nicolas Seube (directeur du centre de formation et coach de Brahim Traoré en U19)

« Pour moi, son meilleur poste est sans hésiter défenseur central plutôt que milieu défensif. De part sa vélocité et sa qualité de relance, je lui vois plus d’aptitudes à réussir à ce poste là. Il faut rendre hommage à Francis de Taddeo (directeur du centre de formation entre 2015 et 2018 ndlr) car c’est lui qui l’a fait signer au club. Quand il a été lancé dans le grand bain en fin de saison dernière, je n’ai pas été surpris par ses aptitudes mais par sa maturité. Il faut se replacer dans le contexte, être en mesure de pouvoir faire ce genre prestation dans un match couperet comme celui de Clermont, surtout à ce poste là… Je trouve qu’il a rempli la commande au-delà de nos espérances. J’aurais aimé être dans sa tête, car pour avoir vécu des maintiens à la dernière journée, il faut en avoir comme on dit dans le milieu. Il a appréhendé la compétition de la meilleure des manières possibles, sans se poser de questions. La jeunesse lui a peut-être permis de ne pas penser aux conséquences d’une descente. L’insouciance permet de ne pas réaliser ce qui est en train de se jouer. »

Pierre Ducrocq (agent de Brahim Traoré) 

« À Caen, que ce soit Stéphane Moulin ou Yohan Eudeline, le club est très protecteur avec les jeunes. Je pense que c’est bien même si à un moment donné il faut que ça démarre. Avant que Brahim n’enchaîne les matchs cette saison, on en a discuté avec le club parce qu’on était un peu inquiets de ne pas le voir jouer. On nous a dit que c’était normal, qu’il travaillait énormément à l’entraînement et que le coach en était très content. Il y a des joueurs très expérimentés qui apportent beaucoup à Brahim, comme Prince Oniangué. Toute proportion gardée et s’il évolue vraiment très bien, il me fait penser à Marquinhos. Il a cette capacité à bien relancer, à s’intégrer au milieu de terrain. Quand il va se remplir physiquement, ça va devenir très intéressant. C’est un jeune avec de très bonnes valeurs. Si vous lui dites qu’il va être en retard de 5 minutes à l’entraînement, il sera en sueur. Il est très mature pour son âge. Après Niort, sa réaction a directement été d’analyser son erreur, mais pas que sur le terrain : est-ce que j’ai bien préparé mon match ? Est-ce que j’ai mal abordé la situation ? Le lundi, il est retourné à l’entraînement avec le mors aux dents. »

Mathieu Bodmer (ancien joueur du SM Caen, consultant Prime Vidéo) 

« C’est un joueur que je connais bien car il a joué avec mon fils. Ce qui m’avait sauté aux yeux dès le départ, c’est qu’il avait les deux pieds et qu’il pouvait jouer à plusieurs postes à 14 ans. Il était toujours conquérant et leader sur le terrain. C’était le capitaine de la sélection de Normandie à l’époque. L’avantage d’être dans un club de Ligue 2, c’est de pouvoir se confronter plus facilement au monde professionnel qu’à Paris, Lyon ou Monaco. Il est performant quand il joue, le coach ne lui fait pas de cadeaux. Il a fait une erreur de relance récemment contre Niort, mais ça fait partie du métier et le tout est de ne pas le faire deux fois. La saison dernière sur le maintien, c’était si ce n’est le meilleur l’un des meilleurs sur le terrain. »

partager cet article

Partager sur twitter
Partager sur facebook

à lire aussi...

Johann Lepenant aurait choisi l’Olympique lyonnais
Trophées UNFP : Ali Abdi dans l’équipe type de Ligue 2
Les notes des joueurs caennais après la défaite à Rodez (2-0)

Contact / La rédaction / Mentions légales – Copyright 2020 Malherbe inside © Tous droits réservés.