Trois idées pour aider le Stade Malherbe à sortir la tête de l’eau

oniangué mendy rivierez

Après une rencontre encourageante face à Pau, les Caennais sont retombés dans leurs travers face à Grenoble (3-1) samedi soir. Si tout n’est pas à jeter, la situation au classement devient forcément préoccupante pour le Stade Malherbe. Voici trois idées pour sortir la tête de l’eau.

➡️ La jeunesse au pouvoir ! 

Ilyes Najim, Corentin Cal, Aloys Fouda, Loup Hervieu, Azzeddine Toufiqui : tous dans le groupe face à Pau, les jeunes pousses promues par Fabrice Vandeputte ont fait les frais des retours de suspensions contre Grenoble. Seuls Brahim Traoré et Andréas Hountondji étaient de nouveau présents. Et force est de constater qu’ils sont les deux principales satisfactions caennaises depuis le changement d’entraîneur. Bien sûr, aligner une équipe composée uniquement de jeunes joueurs n’aurait pas de sens. Mais agrémenter l’équipe de quelques pitchounes pour bénéficier de leur fraîcheur en cours de match semble bénéfique : Andréas Hountondji l’a d’ailleurs prouvé ce week-end. L’entrée en jeu d’Azzedine Toufiqui, maillon fort de l’équipe réserve, avait également été intéressante contre Pau. Certes, Grenoble ou Troyes font partie des meilleures écuries de Ligue 2 cette saison, et lancer des jeunes dans ses conditions peut légitimement susciter quelques craintes. Mais Pau n’était sûrement pas non plus l’équipe la plus facile à jouer actuellement (la preuve avec son succès contre Clermont samedi soir).

➡️ En finir avec Nicholas Gioacchini sur un côté

Parmi les nombreux joueurs qui ont déçu cette saison, Nicholas Gioacchini est peut-être en haut de la liste. Promu en équipe première par Pascal Dupraz la saison dernière, le jeune attaquant avait pourtant affiché de belles promesses lors de ses débuts. Appelé avec la sélection américaine et clamant publiquement son envie de jouer en Ligue des Champions dans un futur proche, le joueur a-t-il encore la tête à Caen ? Son implication lors du match de l’équipe réserve le week-end dernier a donné un début de réponse : positionné dans l’axe, en soutien de Kévin Mbala, l’international américain a brillé face à Lorient en inscrivant un doublé. Mais replacé ailier gauche face à Grenoble, Nicholas Gioacchini n’a pas pesé sur le sort de la rencontre, à un poste où il a souvent joué mais rarement performé sous Pascal Dupraz. Il ne faut pas non plus oublier que “Gio” jouait encore avec l’équipe réserve en début de saison dernière. Si certains joueurs sont meilleurs que lui à son poste, il doit pouvoir démarrer sur le banc de touche.

➡️ Prince Oniangué en défense centrale, et vite !

Dans la période de doute qu’ils traversent actuellement, les Caennais ont besoin de repères et de stabilité. Jamais depuis la 4e journée, le Stade Malherbe a aligné deux fois de suite la même équipe cette saison. Certes, tout n’a pas été parfait défensivement contre Pau, notamment sur le côté gauche, où Aloys Fouda a connu une première en Ligue 2 délicate. Mais la charnière centrale composée de l’expérimenté Prince Oniangué et du tout jeune Brahim Traoré a donné entière satisfaction et suscité beaucoup d’espoirs pour la suite. Le pari audacieux de lancer un jeune de 17 ans pour un match aussi important est d’ailleurs à mettre au crédit de Fabrice Vandeputte. Mais avec le retour de suspension de Jonathan Rivierez, l’entraîneur caennais a chamboulé sa défense et fait remonter d’un cran Oniangué, qui n’est définitivement pas aussi précieux au milieu qu’il ne l’est derrière. Quant à Rivierez, il est sans aucun doute un joueur cadre à l’état d’esprit irréprochable dans le vestiaire, mais a clairement affiché ses limites sur le terrain depuis de nombreux matchs…

partager cet article

Partager sur twitter
Partager sur facebook

à lire aussi...

Boulogne-sur-Mer va lever l’option d’achat d’Herman Moussaki (La Voix du Nord)
Vincent Planté (Chambly) : « Vraiment désolé si jamais Malherbe doit descendre »
Avant la dernière journée, les différents scénarios possibles pour le SM Caen

Copyright 2020 Malherbe inside © Tous droits réservés.