[ENTRETIEN] Yacine Bammou : « Je me vois toujours à Caen après le mercato »

Icon_BAP_290820_93_022

De retour de prêt, l’attaquant du Stade Malherbe revient avec nous sur ses débuts difficiles à Caen il y a deux ans et évoque son avenir, au coeur d’un début de saison prometteur.

Yacine, on sent une atmosphère totalement différente entre ce début de saison et il y a deux ans, quand tu es arrivé au club ?

Il y a deux ans, on a passé une saison difficile en Ligue 1. Difficile pour tout le monde, le club, le groupe, les supporters. Sur le plan personnel, j’ai été vite blessé. Je n’ai pas pu donner le maximum de moi-même. Je n’ai jamais été à 100 pourcents quand j’ai signé au club. J’ai des regrets. C’était une année négative. Là, je suis de retour au club après un prêt (une saison à Ayanlaspor en Turquie, NDLR). J’ai retrouvé la santé et toutes mes capacités. Je me sens bien physiquement, après une belle préparation cet été et deux premiers matchs de championnat bien négociés. C’est positif pour la suite.

Cette parenthèse en Turquie t’as redonné de la confiance ?

C’était une très belle expérience. Ça m’a fait du bien de partir à l’étranger. Découvrir tout autre chose. J’avais besoin de changer d’air après une année difficile. J’ai repris du rythme, disputé une vingtaine de matchs, marqué des buts. Je suis de retour au Stade Malherbe en ayant engrangé de la confiance.

Tu vois cette saison comme un nouveau départ ?

Oui, le collectif est plus soudé. Le groupe vit bien. Il y a une bonne ambiance sur le terrain et une atmosphère agréable dans les bureaux. On travaille avec des gens compétents. Ça nous tire tous dans le même sens pour obtenir de bons résultats.

Le groupe a la qualité nécessaire pour remonter en Ligue 1 dès la fin de cette saison ?

Le Stade Malherbe a sa place en Ligue 1, rien que de par ses structures. On a de bons joueurs, un bon staff. Il y a un effectif pour créer quelque chose de beau cette année. Il ne faudra pas se relâcher jusqu’à la dernière journée. Le mot « Ligue 1 » n’est pas tabou entre nous. Il faut en parler et y croire. C’est obligatoire si on veut atteindre cet objectif.

Tu découvres le coach Dupraz, qui te file les clés de l’attaque. Comment est votre relation ensemble ?

Je m’entends très bien avec Pascal Dupraz. C’est un bon coach avec de l’expérience. J’ai appris beaucoup avec lui en l’espace de deux mois. Quand un coach te donne sa confiance, il faut lui rendre sur le terrain. C’est ce que je m’attache à faire tous les jours. Quand on s’est entretenus cet été à mon retour de Turquie, il a dit qu’il comptait sur moi. Il sait ce que je vaux et ce que je peux apporter à l’équipe. Maintenant, c’est à moi de travailler dur pour conserver ma place.

Tu te sens à l’aise dans son système de jeu actuel en 4-3-3 ?

J’ai joué dans différents systèmes tout au long de ma carrière. En 4-4-2 ou avec une seule pointe, je sais m’adapter. On a les joueurs pour pouvoir évoluer dans plusieurs systèmes. On a des très bons jeunes en attaque, on peut permuter, comme on l’a fait contre Ajaccio. Il y a un bon compromis entre ces jeunes et nous, plus « anciens » avec notre expérience.

Tu as marqué pendant la prépa et dès la 2e journée. Tu sens l’attente des supporters placée en toi ?

Les supporters savent ce que je vaux. Ils savent que je mouille le maillot. Ça se passe bien entre nous. Je n’ai jamais eu de problèmes avec eux d’ailleurs. Après c’est sur qu’ils ont pu être déçus il y a deux ans, c’est compréhensible. Quand un club achète un joueur assez cher et qu’il ne joue pas trop, c’est normal d’en attendre plus, d’être exigeant.

Comment tu juges ton début de saison et celui de l’équipe ?

C’est encore trop tôt pour juger si on fait un bon début de saison. On verra ça au bout de dix matchs. Mais les deux premières rencontres ont été positives. On se focalise sur les progrès à réaliser. On a fait beaucoup d’erreurs, manqué des occasions de but. Il nous manque de l’efficacité. Il faut mieux convertir nos occasions, créer plus de mouvement, être encore plus exigeants avec nous même si on veut viser la Ligue 1. Tout le monde est capable de progresser.

Tu te vois avec quel maillot dans un mois, à la fermeture du mercato ?

Toujours à Malherbe, à aider l’équipe à monter en Ligue 1. Je suis sous contrat avec Caen, je suis là. Je me sens bien. Je continue de bosser. Il n’y a pas de raison que ça change.

partager cet article

Partager sur twitter
Partager sur facebook

à lire aussi...

Déclas, groupe, pass sanitaire… tout savoir avant Caen – Rodez !
Stéphane Moulin explique comment il a convaincu Ali Abdi de signer à Caen
Le SM Caen en discussions avancées avec Mehdi Chahiri (RMC Sports)

Copyright 2020 Malherbe inside © Tous droits réservés.