Il y a sept ans, le Stade Malherbe terrassait le Milan AC…

smc milan

Le 13 octobre 2013, à l’occasion du centenaire du club, le Stade Malherbe s’offrait le scalpe du mythique Milan AC. Privé de la majorité de ses cadres restés au repos ou convoqués en sélection, le club italien n’a pas fait le poids face à des Caennais survoltés.

“Contre Milan, j’ai pas envie d’en prendre cinq !”

L’idée avait émergée dans l’esprit de Jean-François Fortin à l’été 2012. Alors que le jeune Mbaye Niang, nouvelle pépite du club, est fortement convoité lors du mercato, l’ancien président caennais va profiter de son transfert au Milan AC pour inclure un deal avec son homologue Silvio Berlusconi : en plus des 3 millions d’euros déboursés pour s’attacher les services du jeune avant-centre, les Milanais donnent leur accord pour disputer un match de gala le 13 octobre au stade Michel d’Ornano.

Mais au moment d’affronter le Milan, Malherbe traverse une passe compliquée en championnat : après un départ canon avec trois victoires en trois matchs, les Caennais ont enchainé autant de défaites. Et s’ils se sont imposés dans le derby face au Havre, ils restent sur une déconvenue face à Nîmes aux Costières. Pour autant, Patrice Garande compte bien faire bonne figure devant le public de d’Ornano, à l’occasion du centenaire du club : “J’ai dit aux joueurs : contre Milan, j’ai pas envie d’en prendre cinq ! Il faudra faire un match très sérieux pour pouvoir rivaliser et présenter quelque chose de correct face à nos supporters”.

Des Milanais en dilettante, des Caennais transfigurés

La plupart des stars du Milan AC, comme les brésiliens Kaka et Robinho, ainsi que les internationaux italiens Montolivo, Ambrosini, El Shaarawy ou Balotelli, ne sont pas de la partie. Mais le club lombard a tout de même fait le déplacement avec quelques noms familiers pour les fans de football, comme le défenseur français Philippe Méxes, ou les italiens Alessandro Matri et Antonio Nocerino, qui sont tous les trois titularisés par l’entraîneur de l’époque, Massimiliano Allegri. Le transfuge Mbaye Niang est également dans le onze de départ à la pointe de l’attaque.

Les Malherbistes ne se laissent pas pour autant impressionner par leur adversaire du jour, et entament la rencontre tambour battant. Dès la première minute du match, Fayçal Fajr oblige le gardien milanais Gabriel Vasconcelos à une première intervention. Trois minutes plus tard, à la suite d’un coup-franc tiré par Fayçal Fajr, Jean-Jacques Pierre est à la retombée d’une tête de Mathieu Duhamel repoussée par Vasconcelos, et n’a plus qu’à glisser le ballon au fond des filets du bout du pied droit (1-0). Les Milanais ne sont visiblement pas rentrés dans leur match, et les Malherbistes se procurent une multitude d’occasions, que le gardien adverse repousse tant bien que mal. Seulement 13 minutes après l’ouverture du score, c’est l’inévitable Mathieu Duhamel, parfaitement lancé en profondeur par Fajr, qui vient tromper le portier adverse du plat du pied gauche (2-0).

Et 1 et 2 et 3 zéro !

Le Malherbe Normandy Kop est en feu, et plusieurs fumigènes sont craqués dans la tribune Borelli. À la mi-temps et contre toute attente, c’est bien le Stade Malherbe qui mène 2-0 face au Milan AC. Au retour des vestiaires, il n’est pas question que les visiteurs, aussi prestigieux soient-ils, ne viennent gâcher la fête. Malherbe entame sa seconde période comme la première, et Fodé Koita, la nouvelle recrue fraîchement arrivée de Montpellier en tant que joker, inscrit son premier but sous le maillot rouge et bleu d’une frappe au sol puissante et imparable (3-0). Galvanisés par l’affiche, les hommes de Patrice Garande produisent un football d’une insolente justesse dans tous les compartiments du jeu, tandis que les Milanais n’y sont pas.

Ce n’est qu’après l’heure de jeu que les Malherbistes commencent à lever le pied, permettant aux joueurs italiens jusque là peu inspirés de se montrer dangereux sur les buts de Damien Perquis, par l’intermédiaire d’une timide frappe de Matri. Insuffisant pour véritablement inquiéter le gardien caennais. La fin de rencontre sera plus calme, notamment en raison du large turn-over opéré par Massimiliano Allegri et Patrice Garande, qui avait décidé de faire participer tous ses joueurs à la fête, jusqu’aux deux deux gardiens remplaçants, Thomas Bosmel et Paul Reulet.

Si Kyung-Jung Kim a l’occasion d’ajouter un quatrième but en fin de rencontre, c’est bien sur le score de 3-0 que l’arbitre siffle la fin du spectacle. Vingt ans après son succès 4 buts à 1 face au Bayern Munich pour l’inauguration du stade d’Ornano, Malherbe s’offre un nouveau succès de prestige face à un grand d’Europe pour célébrer son centième anniversaire. “Peu importe avec quelle équipe le Milan AC est venu, le 13 octobre 2013 restera la date où Caen a battu Milan 3-0. Ça fait pas mal sur un CV !” s’exclame Nicolas Seube à la fin du match. La fête est réussie.

Feuille de match :

SM Caen 3-0 Milan AC

Buts : Pierre (4e), Duhamel (17e) et Koita (56e) pour Caen.

SM Caen : Perquis, Calvé, Appiah, Pierre, Raineau, Seube, Kanté, Fajr, Kodjia, Autret, Duhamel. Entraîneur : Patrice Garande.

Milan AC : Vasconcelos, Méxes, Saponara, Emmanuelson, Rondanini, Mastalli, Matri, Nocerino, Constant, Niang, Zaccardo. Entraîneur : Massimiliano Allegri.

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur twitter
Partager sur facebook

Derniers articles

19 tirs dans un match, une première depuis presque trois ans !
[Vidéo] Le discours mobilisateur d’Anthony Gonçalves avant Caen – Guingamp
Pascal Dupraz : « Jessy Deminguet a répondu magistralement »

Copyright 2020 Malherbe inside © Tous droits réservés.